Geneanet > Ricercare > Biblioteca

Revue des deux mondes (Volume 1891:3)

Documento Premium

Accedi all'intera biblioteca genealogica: vecchi libri, monografie, vecchia stampa, ecc. Più di 3 miliardi di individui referenziati, una gran quantità di informazioni da non perdere per arricchire la tua genealogia !
A partire da 4,13 USD al mese

Revue des deux mondes (Volume 1891:3)

Revue des deux mondes (Volume 1891:3)

Fonte : Internet Archive

Revue des deux mondes (Volume 1891:3)

Revue des deux mondes (Volume 1891:3)

Fonte : Internet Archive

Risultati : BERNADONE


Pagina 764

profondément la chrétienté. Son père, Pierre Bernadone, était un gros marchand d'étoffes qui s'en allait trafiquer au loin, selon l'usage


Pagina 765

Pierre Bernadone avait conservé les rudes qualités du plébéien à travers les défauts du parvenu.


Pagina 765

conduisissent en chevaux échappés, et François Bernadone ne s'en fit pas faute. 11 était très ardent et il avait beaucoup


Pagina 766

d'ailleurs plusieurs façons d'être ignorant. François Bernadone l'était en poète, c'est dire qu'il savait une foule de choses dont ne


Pagina 768

François Bernadone était du parti du peuple et hardi compagnon.


Pagina 770

qu'il n'était qu'un mendiant quelconque, François Bernadone, renommé dans Assise pour sa courtoisie, avait été d'une grande grossièreté, rnagnoe ru


Pagina 775

Un apprentissage était ici nécessaire. François Bernadone, le mondain raffiné, se rendit à une léproserie et embrassa ses habitans sur


Pagina 775

se faire mendiant de profession. Pierre Bernadone avait péché jusqu'ici par excès d'indulgence. Il avait fermé les yeux, et laissé


Pagina 776

et de le laisser aller. Pierre Bernadone la malmena rudement, courut après son fils à Saint - Damien et vit


Pagina 776

ses triomphantes actions de grâces. François Bernadone avait vécu, saint François était né. On était au printemps de 1207, et


Pagina 781

grâce et de séduction que François Bernadone avait transmis intact à saint François. Il avait beau être poudreux, rapiécé, brûlé


Pagina 798

plus que Jésus, son maître, François Bernadone n'avait pu transformer l'humanité et faire que les hommes ne fussent plus tout