Rispondi

St Pierre, Martinique: inventaire après décès

porteljj
porteljj
Messaggi: 19
Albero : Grafico
Vedere il suo albero genealogico
Le Sieur Philippe LAPORTE épousera, à St Pierre, Melle Marie Catherine Angèle HUAULT-PELLETIER le 19 Nov 1805 (dont il aura eu 9 enfants « légitimes » ). Elle décédera en 1839 à St Pierre.

Les affaires de la maison semblaient être suffisamment florissantes dans son travail de maitre-tanneur pour devenir propriétaire de 5 immeubles, maisons et magasins à St Pierre et d’un nombre indéterminé d’esclaves (au moins deux sont répertoriés à ce jour, Evelina et son fils Marius)

L’ensemble de tous ces biens fera l’objet, en 1845, d’une vente sur licitation organisée par le notaire Maitre Gandelay Jeune, de l’Etude Jouque à St Pierre, (petite annonce trouvée dans le Journal Officiel de la Martinique du 19 Avr 1845) sans qu’il ne soit fait mention du sort des esclaves que le sieur Philippe LAPORTE possédait encore et qui n’auraient peut-être pas encore été affranchis.

Je pense notamment à la mulâtresse (ou Africaine ?) EVELINA, sans patronyme (mon arrière-arrière-grand-mère ; son nom figure dans le certificat de décès de son fils Marius PORTEL) et dont je n’ai pas encore retrouvé ni l'acte d’affranchissement, ni sa vente éventuelle à d’autres propriétaires, contrairement à son fils Marius qui héritera du patronyme PORTEL (anagramme du Sieur LAPORTE ) lors de son affranchissement dans son enfance par son propriétaire.

Question 1 :
-comment pourrais-je retrouver des détails sur cette « vente sur licitation », notamment sur le sort de la dénommée EVELINA, si de tels documents existent encore ?

Question 2 :
-suite au décès de Melle Marie Catherine Angèle HUAULT-PELLETIER (épouse LAPORTE) en 1939, aurait-il pu y avoir des actes de succession ou d’inventaire après décès ? et si oui quel chemin emprunter pour tenter d’en retrouver quelque trace ?

(je suis conscient que les archives concernant St Pierre sont souvent difficiles à retracer du fait de leur disparation totale ou partielle, lors de la catastrophe de 1902)

Merci d’avance à ceux qui seraient en mesure de m’aiguiller

/jean-jacques PORTEL (Lyon)

corvisie
corvisie
Messaggi: 474
Albero : Non grafico
Vedere il suo albero genealogico
bonjour
vous pouvez vous poser toutes vos questions
sur la liste de "genealogie et histoire de la caraibe"
ghcaraibe@listes.u.picardie.fr
c'est gratuit.

corvisie
corvisie
Messaggi: 474
Albero : Non grafico
Vedere il suo albero genealogico
si vous souhaitez aussi obtenir des informations tres detaillées sur le couple laporte et huault pelletier
et leurs enfants legitimes
ainsi que les ascendants du couple
voir" familles diverses de la martinique "par eugene bruneau latouche
dans la bibliotheque geneanet (fonds )
accès premium

porteljj
porteljj
Messaggi: 19
Albero : Grafico
Vedere il suo albero genealogico
Merci bien de m'avoir répondu..

Je suis effectivement inscrit sur la liste Généalogie et Histoire de la Caraibe , dont j'ai souvent pu apprécier l'aide de plusieurs membres qui m'ont utilement re-dirigé vers des pistes auxquelles un débutant comme moi n'aurait pas pensé et qui m'ont déjà aidé à débloquer mes recherches à plusieurs reprises (Mr Quénéhervé, Mr Baudrier et plusieurs autres, y compris vous-même me semble-t-il y a environ 1 an)
Mais je ne voulais pas vous importuner tous à nouveau avec mes questions.

J'ai effectivement pu lire la chronique détaillée de la famille de Philippe LAPORTE (suggérée par un des collaborateur de GHC il y a quelques mois) ce qui m'avait permis d'arriver où j'en suis aujourd'hui de la reconstitution, pas à pas, de notre histoire familiale.

Il me manque aujourd'hui ce lien entre la mûlatresse EVELINA (sans patronyme) et Philippe LAPORTE son propriétaire ;
-notamment lors du décès de son épouse légitime et ma question 2 sur un possible "inventaire après décès" de Mme LAPORTE née HUAULT-PELLETIER
- ainsi que sur la survivance de possibles archives notariales quant à la vente sur licitation des biens de Philippe LAPORTE , en 1845, qui pourraient peut-être faire apparaître tous les biens vendus dont peut-être le sort de son/ses esclaves qui n'auraient peut-être pas encore été affranchis au moment de la vente, d'où ma question 1.

Auriez-vous vous même quelque autres pistes envisageables pour tenter de retrouver (ou au moins de chercher) de telles traces ?
Pensez-vous que je puisse à nouveau solliciter les membres de GHC , sans les importuner, eux qui m'ont déjà tant apporté depuis le début de mes recherches il y a 18 mois ?

Sincçrement

/jean-jacques portel (lyon)
Courriel: parjjp@aol.com

corvisie
corvisie
Messaggi: 474
Albero : Non grafico
Vedere il suo albero genealogico
oui j'ai vu vos demandes sur GHC mais n'ais pas de piste.
cordialement

gnjcb972
female
Messaggi: 2
Albero : Grafico
Vedere il suo albero genealogico
Bonjour Monsieur,
vous trouverez les doubles minutes de l'étude Jouque (François Edouard Robert), Saint-Pierre, Martinique, versés au Dépôt des Papiers Publics aux Archives de l'Outre-Mer (Aix-en-Provence). Bien que les inventaires soient en général exclus du dépôt, il est assez vraisemblable que dans le cas d'une vente sur licitation, il soit versé en annexe de l'acte de vente et éventuellement dans le cahier des charges dressé au préalable par le même notaire (ou un autre précisé dans l'acte de vente si différent).
Si vous ne disposez pas de la date précise de la vente, vous pouvez aussi consulter dans ce cas le répertoire établi pour l'intervalle 1845-1867.
Si vous n'avez pas la possibilité de vous rendre sur place, je vous suggère de vous renseigner auprès de vos Archives territoriales, certaines disposent en effet d'équivalents sous forme de microfilm.
Bon courage

porteljj
porteljj
Messaggi: 19
Albero : Grafico
Vedere il suo albero genealogico
Je vous remercie pour ces détails supplémentaires.

Vous faites par ailleurs allusion à des "Archives Territoriales".
Lesquelles avez-vous présentes à l'esprit ? Voulez-vous parler de celles de la Martinique?
Cordialement
/ jean-jacques portel

gnjcb972
female
Messaggi: 2
Albero : Grafico
Vedere il suo albero genealogico
Si vous êtes en Martinique, les Archives "départementales" disposent en effet de ces microfilms, sinon vous pouvez vous rapprocher des archives "ex-départementales" les plus proches de votre résidence.

Rispondi

Torna a “Martinique”