Rispondi

l'accent canadien

bricor
bricor
Modératrice bénévole
Messaggi: 22078
Albero : Non grafico
Vedere il suo albero genealogico

l'accent canadien

Messaggio 05 dicembre 2007, 15:15

Bonjour, ma fille m'a posé une question à laquelle je ne sais pas répondre.
"D'où vient l'accent canadien ?"
Est-ce ainsi qu'on parlait en France il y a quelques siècles ? Ou est-ce une influence des états unis ?
Merci de m'éclairer.
Cordialement. Brigitte
Modératrice bénévole sans lien de subordination avec généanet.

Questions fréquentes
http://www.geneanet.org/forum/?topic=574496.0
________________________________________________________________
"A l'an que vèn, e se sian pas mai que siguen pas mens"

jpbachand
jpbachand
Messaggi: 5
Albero : Non grafico
Vedere il suo albero genealogico
Chaque réponse contenue dans vos deux questions comporte du vrai.

Pour certains aspects de l'accent canadien (plutôt québécois ou acadien), il y a l'influence du français parlé sous le régime français, i.e. jusqu'en 1760, au moment où l'élite est retournée en France et où les rapports avec la mère patrie disparurent pour longtemps, ce qui eut pour effet de figer en quelque sorte la langue à l'époque où le roi disait : “Le roé, c'est moé". De même dans le vocabulaire. Le phénomène de la sauvegarde de la langue française a joué contre l'influence anglaise, des anglais d'ici, canadiens, et non pas américains.

Une nouvelle élite s'est formée : le bas clergé, qui a entraîné ses ouailles à lutter contre l'anglais protestant. C'est alors que la langue (française) est devenue la gardienne de la foi. Il fallait sauvegarder le français pour sauvegarder l'héritage de la foi et vice-versa.

Certains spécialistes disent que l'accent anglais, langue de la nouvelle élite gouvernante, a contaminé l'accent français. On sait que l'anglais parlé est centré sur les consonnes, que les syllabes de chacun des mots phonétiques anglais rebondissent comme une balle et que l'accent phonétique n'est pas mis sur la dernière syllabe, mais sur l'avant dernière. Alors que le français parlé se centre sur les voyelles, sur les sons, que la tension des mots phonétiques est croissante, que la succession des syllabes de chaque mot phonétique donne l'impression de rafales et, enfin, que l'accent phonétique est mis sur la dernière syllabe, la dernière syllabe comportant un "e" muet ne comptant pas. Le français parlé ici accentua cette contamination des consonnes sur les voyelles à cause de la proximité de l’anglais, surtout par le biais du monde du travail et des affaires. Les gens des villes ou ailleurs, travaillant dans les usines, devaient parler anglais au travail et dans les magasins.

Mais depuis 1960, grâce, entre autres, à la télévision et au retour des échanges avec la France et toute la francophonie, le français international est de plus en plus parlé. De même tous les mouvements d’affirmation sociale et de reconnaissance d’une identité propre aux québécois sont de nature à rapprocher notre accent du français international. De même l’imposition du français dans le milieu social et des affaires (Loi 101). Mon grand-oncle, vers 1875, fut le premier des ministres des finances à prononcer le discours du budget en français à l’Assemblée Nationale du Québec. Il n’y a pas si longtemps…

bricor
bricor
Modératrice bénévole
Messaggi: 22078
Albero : Non grafico
Vedere il suo albero genealogico
Bonjour jpbachand,

Merci pour cette réponse très fournie et très intéressante. Je vous suis très reconnaissante de m'avoir répondu aussi longuement. Un grand bonjour à tous nos cousins canadiens.

Cordialement. Brigitte
Modératrice bénévole sans lien de subordination avec généanet.

Questions fréquentes
http://www.geneanet.org/forum/?topic=574496.0
________________________________________________________________
"A l'an que vèn, e se sian pas mai que siguen pas mens"

Rispondi

Torna a “Canada”